Quand on dit que quelqu’un a une attitude stoïque, on pense à une personne insensible ou indifférente aux situations difficiles.

Cependant, saviez-vous que le terme vient d’un ancien système de croyances connu sous le nom de stoïcisme, pratiqué pour la première fois dans la Grèce antique ? Largement étudié encore aujourd’hui, le stoïcisme offre des idées sur la façon de voir la vie d’une manière qui peut être utile et apaisante pour certaines personnes. Elle est demeurée populaire, influençant même ce qu’on appelle la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), un traitement moderne pour les problèmes de santé mentale comme la dépression, l’anxiété et la colère.

Sur la colère

Un domaine d’intérêt particulier pour les personnes intéressées par ce système de croyances est leur approche de la colère. Contrairement à ce que vous avez pu entendre, il ne s’agit pas d’étouffer ou d’ignorer la colère.

C’est parce que la colère est une émotion normale que tout le monde ressent à l’occasion. En fait, la colère répond à un besoin évolutif en ce sens qu’elle nous aide à faire face aux menaces et aux dangers. Les humains n’auraient probablement pas évolué sans les changements mentaux et physiques (comme l’augmentation de la fréquence cardiaque et les changements dans la circulation sanguine) qui se produisent dans notre corps lorsque nous sommes en colère.

Le problème avec la colère, c’est qu’elle peut survenir même dans des situations qui ne sont pas directement menaçantes, affectant ainsi vos relations, votre travail, votre bien-être général et votre bonheur. L’une des raisons est la  » réaction de lutte ou de fuite  » qui se produit dans une situation où nous sentons que la colère peut sembler moins utile dans une société moderne et civilisée.

Par exemple, l’agression est une réponse utile au stress résultant d’une menace immédiate pour vous ou votre famille. Évidemment, cela ne vous aide pas à vous détendre ou à soulager vos inquiétudes, mais cela améliore vos perspectives de survie.

Comparez cela à la colère ou à l’agressivité en réponse à des situations quotidiennes. Vous vivez le même état d’esprit et votre corps subit les mêmes changements physiques, mais au lieu de réagir au danger mortel, vous vous en prenez peut-être à un membre de votre famille après une mauvaise journée de travail, ou vous criez après les automobilistes lents qui ne peuvent vous entendre parce que les fenêtres de votre voiture sont fermées. Non seulement il est peu probable que cela réponde à vos besoins de survie, mais cela ajoute probablement à votre stress.

Gérer la colère

La colère qui échappe à tout contrôle peut nuire à vos relations, à votre statut social, à votre carrière et même à votre santé physique.

Par exemple, une insulte verbale ou un autre conducteur qui vous coupe la route peut invoquer des sentiments de colère, mais ce n’est habituellement pas une situation mettant votre vie en danger. Pourtant, pour certaines personnes, leurs sentiments de colère peuvent potentiellement mener à une escalade violente ou à des blessures.

Bref, il y a des situations où la colère est une réponse compréhensible à une situation stressante (comme si vous faisiez face à une menace à votre vie). Cependant, il y a beaucoup plus de situations quotidiennes où la colère n’est pas une réponse utile à une situation mondaine.

Alors comment pouvez-vous réduire les effets destructeurs de la colère dans votre vie ? Voici quelques façons de penser à la colère inspirées des stoïciens qui pourraient vous aider à changer votre façon de voir les choses.

Votre colère est-elle à propos de quelque chose qui est insignifiant en fin de compte ?

Le drive-in de votre Macca a pris trop de temps. Votre connexion Internet est coupée pour quelques heures. Tu dois encore une fois réparer les erreurs d’un collègue incompétent. Ou un membre de la famille a oublié une occasion importante.

Chaque jour, nous sommes confrontés à des situations frustrantes. Ils sont désagréables et peuvent ajouter au stress de la vie, ce qui peut alimenter la colère. Et pourtant, parmi la multitude de choses qui nous mettent en colère, combien d’entre elles fidèlement matière ?

Une grande partie de notre colère se produit pour des choses insignifiantes qui, à long terme, ont peu ou pas d’effet sur la vie.

Il vaut la peine de garder cela à l’esprit la prochaine fois que vous serez confronté à une situation frustrante. Est-ce que cette situation vous préoccuperait ou vous rappellerait quelque chose dans 20 ou 40 ans ? Si la réponse est non, demandez-vous si cela vaut la peine de vous énerver.

Tu te fâcherais autant si tu t’attendais à ce que la situation se produise ?

Pourquoi deux combattants du MMA qui se racontent des conneries lors d’une conférence de presse sont-ils capables de rester concentrés et inoffensifs – alors que si l’un ou l’autre d’entre eux était soumis aux mêmes insultes verbales en privé d’un membre de sa famille ou au téléphone avec sa compagnie de services publics, ils répondraient presque certainement différemment ?

Bien qu’il s’agisse d’un exemple extrême, il illustre un point : notre capacité à rester calme face au stress est, dans une mesure surprenante, affectée par notre capacité à attentes.

Un exemple courant est l’insulte verbale. Une insulte ne peut pas causer de préjudice physique et pourtant, nous pouvons constater que nous perdons notre maîtrise de nous-mêmes si nous sommes du côté de la réception, ce qui peut mener à la colère (ou même, dans certains cas, à la violence). Souvent, ce n’est pas l’insulte elle-même qui mène à la détresse – c’est l’insulte elle-même qui mène à la détresse. imprévisibilité de l’insulte qui peut causer la détresse et la colère. Il va donc de soi qu’une façon d’éviter de tomber dans le piège de la colère est de se préparer consciemment (c’est-à-dire de s’attendre) à la possibilité que de telles choses se produisent.

Par exemple, les embouteillages se produiront probablement vers la fin de la journée. Imaginez alors deux personnes quittant le travail en même temps. On s’attend à battre la circulation, mais on se laisse rattraper et finit par se sentir frustré par la lenteur de la progression. L’autre s’attend à être coincé, et rentre calmement chez lui, sachant que la circulation intense est inévitable. La situation est la même pour les deux personnes, mais l’une parvient à mieux gérer sa frustration que l’autre – parce qu’elle s’y attendait.

C’est tout à fait ce qu’il faut ne pas c’est creuser un trou et toujours voir le pire. S’attendre constamment au pire peut être un état d’esprit malsain qui, comme la colère récurrente, peut nuire à votre bien-être. Il s’agit plutôt de se préparer à toutes les éventualités de la vie – et cela signifie être réaliste en s’attendant à ce que certaines situations puissent être difficiles et stressantes.

Cette caricature illustre une situation commune à plusieurs d’entre nous chaque jour. Imaginez deux personnes quittant le travail en même temps. On s’attend à battre la circulation, mais on se laisse rattraper et finit par se sentir frustré par la lenteur de la progression. L’autre s’attend à être coincé, et rentre calmement chez lui, sachant que la circulation intense est inévitable. La situation est la même pour les deux personnes, mais l’une parvient à mieux gérer sa frustration que l’autre – parce qu’elle s’y attendait.

La colère est-elle liée à quelque chose que vous ne pouvez pas contrôler ?

C’est une réalité de la vie que des choses malheureuses ou tragiques se produisent, sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle. Perdre son emploi à cause des licenciements, de la météo, de nombreuses maladies ou d’accidents sont généralement des choses sur lesquelles nous n’avons aucune influence.

Les stoïciens pensent que nous devrions passer moins de temps à nous préoccuper de choses sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle, et nous concentrer plutôt sur les points suivants comment nous réagissons à ces choses qu’on peut contrôler.

On peut en dire autant de la colère. S’il se passe quelque chose de bouleversant sur lequel nous n’avons aucun contrôle, il n’en reste pas moins que c’est arrivé. Le fait de vous mettre en colère ne résoudra pas la situation pénible et peut en fait augmenter votre stress.

Une approche plus saine consiste à utiliser la réserve d’énergie émotionnelle pour réfléchir à la façon de mieux réagir à une situation pénible. La colère ne changera pas ce qui s’est passé, mais vous pourrez peut-être changer votre façon d’y réagir.

La situation est probablement temporaire

La colère se manifeste souvent par une impulsion brute. Pourtant, bien souvent, la situation qui a déclenché la colère est temporaire. Les embouteillages, la mauvaise journée de travail ou les réunions de famille douloureuses sont tous pénibles, mais bien souvent, ils sont passés en quelques heures ou à votre réveil le lendemain matin.

Reconnaître que la situation qui provoque la colère est probablement temporaire aide à garder votre sang-froid. Oui, ça craint en ce moment, mais dans quelques minutes, quelques heures ou demain matin, ce ne sera plus le cas.

Si c’est le cas, alors garder votre sang-froid (par exemple, en réfléchissant activement à la façon dont vous réagissez et en vous demandant si cette situation est vraiment importante à long terme) signifie que vous n’êtes pas tombé dans le piège de la colère et de ses conséquences destructives. Le fait de savoir que bon nombre des situations que nous n’aimons pas finiront par passer peut nous aider dans ce domaine.

Besoin d’aide ? Vous pouvez trouver des services de soutien dans le nord du Queensland ou complétez une auto-administration. Test K10 pour la dépression et l’anxiété. Vous pouvez également vous joindre à l’équipe de la forum en ligne sur la santé mentale pour parler avec des gens partageant les mêmes idées.

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *