Les 5 principales raisons pour lesquelles les couples cessent d’avoir des relations sexuelles

La premi√®re fois que j’ai pos√© les yeux sur Debbie, j’ai √©t√© ravi : cheveux dor√©s, l√®vres pulpeuses, corps parfait sous une robe d’√©t√© jaune citron.

Jusque-l√†, je pensais que le coup de foudre √©tait de la propagande Disney. Mais l’id√©e a frapp√© sans avertissement : √Čpouser cette femme rendrait ma vie parfaite.

La s√©duction n’a pas fonctionn√©, alors j’ai pris plaisir √† faire des joutes verbales, quelques √©tudiants dipl√īm√©s se moquant et riant. Des mois de ceci. Son sens de l’humour √©tait aussi merveilleux que son apparence. Nous nous sommes lentement transform√©s en amis sans avantages.

Pr√®s d’un an apr√®s notre premi√®re rencontre, Debbie m’a envoy√© une photo d’elle seins nus pr√®s d’une piscine. Elle avait commenc√© √† r√™ver de moi, disait son mot.

Nous nous sommes mari√©s dans l’ann√©e. Maintenant ma vie √©tait en effet parfaite, le sexe un r√™ve humide non-stop dont j’esp√©rais ne jamais me r√©veiller.

Finalement, bien s√Ľr, je me suis r√©veill√©.

Nous avons tous entendu dire que si vous mettez un haricot dans un pot chaque fois que vous avez des relations sexuelles pendant votre première année de mariage, alors sortez un haricot chaque fois par la suite, le pot ne sera jamais vide.

La validation scientifique est sommaire, mais les gens qui √©tudient les personnes mari√©es de longue date – et les personnes mari√©es de longue date elles-m√™mes – sont d’accord : Il y a de fortes chances que vous en aurez de moins en moins au fil des ans.

Mais de combien en moins ?

¬ę¬†C’est la question num√©ro un qu’on me pose ¬ę¬†, dit l’un de ces chercheurs, Brian Willoughby, Ph.D. ¬†¬Ľ √Ä quelle fr√©quence √™tes-vous cens√© avoir des relations sexuelles dans un mariage sain ? Je dis tout de suite que vous pensez √† des probl√®mes sexuels – il n’y a pas de chiffre magique pour un couple donn√©.¬†¬Ľ

D’accord, mais si ce chiffre pas si magique est dangereusement proche de z√©ro ? √áa ne peut pas √™tre sain, n’est-ce pas ?

Les chercheurs et les th√©rapeutes qui √©coutent les r√©cits de mariages entre personnes de sexe faible disent que c’est mal – c’est possible. Cela arrive tout simplement, bien que peu de couples l’admettent, sauf dans les s√©ances de th√©rapie, dit la sexologue Stephanie Buehler, Psy.D., th√©rapeute.

Peu se confessent aux chercheurs non plus. N√©anmoins, deux grandes √©tudes ont fait des suppositions √©clair√©es : Environ un mariage am√©ricain sur six est ¬ę¬†asexu√©¬†¬Ľ, selon la d√©finition que l’on donne √† ce terme.

Une √©tude a r√©v√©l√© que 16 % des couples mari√©s n’avaient pas eu de rapports sexuels au cours du mois pr√©c√©dant leur contact dans le cadre de l’Enqu√™te nationale aupr√®s des familles et des m√©nages.

Une autre √©tude du sociologue Edward Laumann, sociologue de l’Universit√© de Chicago et chercheur de premier plan dans son domaine, a conclu qu’environ 14 % des hommes et 15 % des femmes mari√©s avaient eu peu ou pas de rapports sexuels au cours de l’ann√©e pr√©c√©dente.

Une √©tude a r√©v√©l√© que 14 % des hommes mari√©s n’avaient pas eu de rapports sexuels au cours de la derni√®re ann√©e.

Si vous vous tortillez avec la reconnaissance, vous devriez peut-être vous détendre.

Il est possible que les s√©cheresses sexuelles frappent des couples plus jeunes de nos jours, mais en g√©n√©ral, si vous vous √™tes install√© dans un mod√®le confortable, votre th√©rapeute acquiescerait d’un signe de t√™te compr√©hensif. C’est ce qu’on appelle la vie de couple.

Les rapports sexuels peu fr√©quents peuvent √™tre un vestige de notre pass√© √©volutionnaire, quand un arr√™t sexuel s’est produit naturellement dans ce qui est maintenant au d√©but de l’√Ęge moyen.

Ensuite, il y a la vie passionnante du XXIe si√®cle : le travail, les distractions, les enfants, le stress, les m√©dicaments, le porno, et ce cocktail trouble d’√©puisement et d’indiff√©rence.

Tout cela peut conspirer pour vous faire rouler et vous endormir tous les deux sans m√™me penser au sexe, √† l’exception, b√™tement, de vous comparer √† tous les autres, que vous √™tes s√Ľr d’avoir plus que vous.

C’est difficile de savoir quand notre vie sexuelle a commenc√© √† s’estomper.

Quand notre premier fils a eu 3 ans, Debbie et moi avions respectivement 35 et 39 ans, ce que nos anc√™tres auraient consid√©r√© comme un √Ęge avanc√©. Apr√®s l’arriv√©e de notre deuxi√®me fils – une conception √©prouvante impliquant des traitements de fertilit√© – nos vies sexuelles ont pris un cong√© sabbatique pr√©visible.

Entre le manque de sommeil, les exigences d’un nouveau-n√© et de son fr√®re exub√©rant, et les d√©fis financiers d’une famille en pleine croissance, la derni√®re chose dont l’un ou l’autre d’entre nous r√™vait √©tait plus d’exercice, m√™me de la vari√©t√© horizontale agr√©able.

Ma femme et moi ne sommes pas seuls. Chez les Am√©ricains, dit Laumann, ¬ę¬†seulement 5 % ont des rapports sexuels quatre fois ou plus par semaine.¬†¬Ľ Un tiers des personnes de 18 √† 59 ans ont des rapports sexuels moins d’une fois par mois (ou pas du tout parce qu’elles n’ont pas de partenaire).

Pour un autre tiers, c’est environ une fois par semaine, et pour le reste peut-√™tre deux fois par semaine ou un peu plus.

De plus, Laumann pense que les taux d’inactivit√© sexuelle sont demeur√©s stables au cours des derni√®res d√©cennies.

Certains probl√®mes ont persist√© depuis l’invention du mariage : les troubles de sant√© qui rendent les relations sexuelles impossibles, la perte du d√©sir et les conflits relationnels qui font couver les braises.

Tout le monde s’y attendait. Ce qui est peut-√™tre nouveau, c’est que ces troubles commencent plus t√īt, chez les couples dans la vingtaine et la trentaine, selon certains th√©rapeutes.

Leur fr√©quence diminue √† un point tel qu’ils ont l’impression d’√™tre sexuellement inactifs. Le d√©sir a chut√© aussi.

¬ę¬†Je le vois chez les jeunes trentenaires attirants et √©nergiques qui devraient baiser comme des lapins ¬ę¬†, dit la sexoth√©rapeute Isadora Alman. ¬ę¬†Ils ont un toit au-dessus de leur t√™te. Ils n’ont pas de probl√®mes majeurs dans leur vie, mais ils ne sont pas int√©ress√©s.¬†¬Ľ

Il est donc clair que la pornographie et les comédies romantiques hollywoodiennes ne ressemblent guère à la vie réelle. Laumann a déjà étudié les taux de dysfonction sexuelle dans le monde entier.

Pour les hommes, les probl√®mes d’√©rection sont facilement en t√™te de liste ; ils voulaient avoir des relations sexuelles mais n’y arrivaient pas physiquement.

Pour les femmes, cependant, il est allé plus loin : Ils avaient un manque basique de désir.

¬ę¬†Mais √©tant donn√© la menace que le sexe a toujours fait peser sur la survie des femmes, ajoute-t-il, je consid√®re ce dernier moins comme un dysfonctionnement que comme une adaptation.

Pendant des mill√©naires, le sexe √©tait dangereux ; la grossesse pouvait √™tre mortelle, explique Laumann. Sans un compagnon engag√© pour offrir une protection et une nourriture viriles, la vie d’une femme, sans parler de celle de son embryon, √©tait un coup de crapshoot.

Il y a un demi-si√®cle, la pilule contraceptive rendait possible des rapports sexuels relativement sans soucis, ¬ę¬†mais notre nature √©volutive ne change pas tr√®s rapidement¬†¬Ľ, dit-il.

Contrairement, par exemple, à un poulain qui peut se lever rapidement après la naissance, les bébés humains sont impuissants et les enfants mettent des années à devenir autosuffisants. Bref, les mères sont occupées.

Helen Fisher, Ph.D., anthropologue biologiste et chercheuse principale √† l’Institut Kinsey, affirme que les humains ont une strat√©gie de reproduction double.

¬ę¬†Nous avons une formidable volont√© de travailler en √©quipe et d’√©lever nos enfants, mais nous avons aussi tendance √† chercher ce que Lord Byron a appel√© des ¬†¬Ľ¬†nouveaux √©l√©ments¬†¬ę¬†. Tout le monde ne triche pas, bien s√Ľr, mais la plupart d’entre nous ont une certaine pr√©disposition √† √ßa.¬†¬Ľ

Notre vie sexuelle fléchissante avait plein de causes possibles.

La maternit√© et l’allaitement semblaient limiter la libido de Debbie ; ma testost√©rone a diminu√© √† mesure que je passais de procr√©atrice √† prestataire. Nous avions tous les deux gagn√© des kilos de grossesse, des kilos que Debtbie avait gagn√©s, les miens par procuration. Et nous avons tous les deux commenc√© √† ronfler.

L’ambiance Dark Vador de ma machine CPAP n’a pas allum√© Debbie. On a commenc√© √† dormir s√©par√©ment. Nous avons eu des rapports sexuels de fa√ßon quasi r√©guli√®re, avec une fr√©quence et un abandon nettement moindres de nos premi√®res ann√©es.

Dans un article novateur publi√© en 1998 dans l’affaire Nature humaineFisher a d√©crit les trois √©tapes de l’appariement : la luxure, l’attraction et enfin l’attachement. Chacun de ces ¬ę¬†syst√®mes¬†¬Ľ est accompagn√© de sa propre gamme de neurochimiques.

Commençons par le désir, qui est lié à la testostérone. Les taux de testostérone sont beaucoup plus faibles chez les femmes, qui semblent moins facilement additionnées par la luxure.

Le syst√®me d’attraction, qu’on appelle amour romantique, passion, engouement, rend les hommes et les femmes litt√©ralement amoureux : d√©prim√©s, anxieux, euphoriques, d√©sesp√©r√©s, maniaques.

Notre troisi√®me syst√®me, l’attachement, est aussi appel√© amour compagnon. C’est ce sentiment profond de s√©curit√©, de confort social, de confiance et de refuge que vous avez avec votre partenaire choisi.

Selon M. Fisher, les principaux produits chimiques du cerveau sont la vasopressine et l’ocytocine, ce qu’on appelle l’hormone du c√Ęlin, qui jouent tous deux un r√īle cl√© dans l’attachement.

Ces r√īles varient en fonction de la constitution g√©n√©tique d’une personne. La r√©ponse d’une personne √† l’ocytocine et √† la vasopressine influence la stabilit√© et la discorde conjugales.

¬ę¬†Ce stade pr√©coce d’amour intense et romantique fait monter le syst√®me dopaminergique, ce qui √† son tour augmente la testost√©rone et une forte libido ¬ę¬†, dit Fisher, auteur de Anatomie de l’Amour : Histoire naturelle de l’accouplement, du mariage et des raisons pour lesquelles nous nous √©garons. ¬ę¬†Mais avec le temps, l’attachement devient de plus en plus puissant, et cela ne d√©clenche pas n√©cessairement la libido.¬†¬Ľ

Ça explique beaucoup de choses, non ?

¬ę¬†C’est peut-√™tre souhaitable ¬ę¬†, sugg√®re Susan Whitbourne, Ph.D., professeure de psychologie √† l’Universit√© du Massachusetts √† Amherst. ¬ę¬†Si nous passions nos journ√©es au milieu de feux d’amour d√©vorants, nous n’aurions jamais rien accompli.¬†¬Ľ

Qu’est-ce que tout cela a √† voir avec la fr√©quence des rapports sexuels ? Beaucoup, en fait.

Il n’y a pas que la procr√©ation et le plaisir dans le sexe, disent les psychologues √©volutionnistes de l’Universit√© du Texas √† Austin.

Lors d’une aventure occasionnelle, par exemple, certaines personnes disent qu’elles sont motiv√©es √† am√©liorer leurs comp√©tences dans l’espoir d’en faire un engagement √† long terme.

Moins d’histoires d’amour : Une femme peut commencer √† avoir des rapports sexuels pour satisfaire son mari (et √©puiser son nombre de spermatozo√Įdes), l’emp√™chant ainsi d’impr√©gner ses rivaux. Un homme peut inconsciemment faire quelque chose de semblable en submergeant le sperme d’un rival par des copulations fr√©quentes.

Les deux sexes signalent une foule d’autres raisons moins que nobles d’avoir des relations sexuelles – une liaison pour punir un partenaire, ou pour l’argent, le statut social ou la promotion professionnelle.

Compte tenu de tout cela, la fr√©quence des rapports sexuels n’est pas n√©cessairement un bon barom√®tre de la sant√© relationnelle, affirme Daniel Conroy-Beam, Ph.D.(c) de l’UT Austin.

¬ę¬†L’accouplement humain √† long terme ne se limite pas au sexe, et les raisons qui nous poussent √† avoir des relations sexuelles ne sont pas toujours bonnes ¬ę¬†, dit-il.

¬ę¬†Parfois, nous faisons l’amour non pas parce que nous le voulons, mais par obligation, par devoir ou par peur de perdre notre partenaire. Si la baisse de la fr√©quence des rapports sexuels au sein d’un mariage est due √† une diminution de ces √©motions plus n√©gatives, il est possible que ce soit m√™me une bonne chose pour l’√©tat du mariage am√©ricain.¬†¬Ľ

Alors, qu’est-ce qu’une vie sexuelle am√©ricaine en difficult√© ? Jetons un coup d’oeil.

Sex-Life Killer : Votre passé

Se promener avec nos gènes du Pléistocène-époque peut être difficile, surtout sur un campus universitaire.

¬ę¬†La premi√®re ann√©e universitaire moyenne voit plus de femmes attirantes en une seule journ√©e que nos anc√™tres hominid√©s en une vie enti√®re ¬ę¬†, dit David Buss, Ph.D., professeur de psychologie √† l’UT Austin.

Combinez ceci avec les médias sociaux et les applications de rencontres, et le choix du partenaire semble illimité.

Willoughby, professeur adjoint √† l’√Čcole de vie familiale de l’Universit√© Brigham Young, affirme que les 20 ans d’aujourd’hui sont anxieux, ¬†¬Ľ terrifi√©s √† l’id√©e de faire une erreur. Il y a cette pression pour choisir la personne parfaite qui les rendra heureux et combl√©s pour le reste de leur vie.¬†¬Ľ

Alors, s√®me ta folle avoine et sors-la de ton syst√®me, d’accord ? Peut-√™tre que non.

Les recherches de Willoughby ont révélé que plus les gens ont de partenaires avant le mariage, plus la qualité sexuelle, la communication et la stabilité des relations sont faibles pendant le mariage.

Raisons possibles : Plus vous avez eu de relations, plus il est facile de couper et de gérer ; les compétences comme la communication et le compromis ne sont pas développées.

Cela peut conduire √† un ¬ę¬†effet de comparaison¬†¬Ľ. Si vous avez d√©j√† √©t√© joueur, ¬ę¬†il est facile de comparer dans votre esprit toutes les exp√©riences que vous avez v√©cues¬†¬Ľ, dit-il.

Ce sentiment d’absence peut √©roder la satisfaction sexuelle avec votre partenaire √† long terme. De plus, nous vivons incroyablement plus longtemps que nos anc√™tres.

¬ę¬†Il y a 200 ans encore, dit Buehler, les gens se mariaient jeunes, avaient des enfants jeunes et √©taient d√©j√† morts √† 40 ans. Aujourd’hui, nous survivons √† la vie naturelle de nos hormones.¬†¬Ľ

Les hommes modernes peuvent procr√©er des d√©cennies plus longtemps. Ou pr√©tendre qu’ils le peuvent.

Ce qui nous am√®ne √† la distribution de milliers de partenaires imaginaires dans la pornographie d’aujourd’hui. Cela peut affecter les relations conjugales – un peu.

¬ę¬†Nous avons maintenant suffisamment de recherches pour sugg√©rer une faible relation n√©gative entre la pornographie et la satisfaction sexuelle relationnelle et conjugale ¬ę¬†, dit Willoughby. ¬ę¬†Ce n’est pas fort, mais c’est l√†.¬†¬Ľ

La traction n√©gative, pour ainsi dire : C’est une question d’attentes.

La star du porno est ¬†¬Ľ pr√™te √† faire tout ce que le partenaire masculin veut qu’elle fasse, et elle prend beaucoup de plaisir √† le faire ¬ę¬†, dit Willoughby. Apr√®s avoir regard√© tous ces clips, il s’est dit : ¬ę¬†Mon Dieu, pourquoi ma femme n’est-elle pas d’humeur ? Pourquoi dit-elle qu’elle est trop fatigu√©e ou qu’elle a eu une longue journ√©e ?¬†¬Ľ

Sex-Life Killer : Vos enfants

¬ę¬†Les enfants sont les squashers de libido les plus efficaces que je connaisse ¬ę¬†, dit Alman.

Nous avons tendance √† nous accrocher √† leurs soignants comme des singes, leur fournissant tellement de contact physique que la derni√®re chose que vous voulez est de t√Ętonner davantage avec un partenaire.

Le toucher, note Fisher, lib√®re de l’ocytocine, ce qui renforce les liens entre parents et enfants tout en supprimant temporairement la dopamine et la libido. L’allaitement et l’√©puisement g√©n√©ral peuvent √©puiser davantage le d√©sir.

Dans une étude, Laumann a interrogé des femmes dans la vingtaine sur leur désir sexuel.

Chez ceux qui n’avaient pas d’enfants de moins de six ans, 34 pour cent n’ont d√©clar√© aucun int√©r√™t ; chez ceux qui avaient des enfants, ce chiffre a grimp√© √† plus de 95 pour cent.

Un homme peut se retrouver √† la fin de la file d’attente par affection. Il est facile pour lui de ne pas se sentir appr√©ci√© et m√™me d’√©prouver un peu de ressentiment, dit Alman.

Buehler dit qu’il n’est pas surprenant ¬†¬Ľ que les couples avec des enfants de moins de 5 ans aient le moins de sexe et rapportent plus d’insatisfaction sexuelle que tout autre groupe ¬ę¬†.

La tendance r√©cente √† retarder la grossesse risque d’exacerber encore davantage tout cela, dit Mme Buehler – √©videmment, les parents dans la trentaine et la quarantaine ne sont plus aussi √©nergiques qu’ils l’√©taient autrefois.

Sex-Life Killer : Stress

Si les deux partenaires travaillent, il peut être difficile de trouver du temps pour être intime.

En p√©riode de p√©nurie de temps, le sexe peut ne pas √™tre une priorit√©, une √©tude men√©e dans le cadre des rapports du Journal of Marriage and Family. Diff√©rents quarts de travail, garde d’enfants, parents vieillissants : Ces facteurs de stress peuvent d√©clencher une r√©ponse hormonale en cascade qui peut affecter la libido.

Mais m√™me les couples qui ne sont pas en train de s’en vouloir l’un √† l’autre peuvent s’orienter vers l’asexualit√©.

¬ę¬†Le sexe peut repr√©senter beaucoup de travail¬†¬Ľ, dit Alman. ¬ę¬†La femme peut se sentir oblig√©e de se raser les jambes, elle peut avoir besoin de beaucoup de temps pour atteindre l’orgasme – il y a beaucoup de choses √† faire, et parfois le r√©sultat n’en vaut tout simplement pas la peine.

Parfois, elle se dit : ¬ę¬†Mon vibromasseur me fait descendre beaucoup plus vite¬†¬Ľ et il se dit : ¬ę¬†Je peux m’asseoir, regarder du porno, avoir autant chaud et me sentir tout aussi satisfait.¬†¬Ľ¬†¬Ľ

Un autre énorme buzzkill dans la chambre à coucher : Onze pour cent des Américains prennent des antidépresseurs.

H√©las, la recherche montre que ces drogues peuvent causer et aggraver de nombreuses formes de dysfonction sexuelle, de la perte de libido √† l’incapacit√© de culminer √† la ¬ę¬†perte de conscience √©motionnelle¬†¬Ľ.

Bien que ces m√©dicaments puissent adoucir les d√©pressions √©motionnelles, ils semblent aussi plafonner les hauts, freinant l’excitation sexuelle, la passion et peut-√™tre m√™me l’amour.

Sex-Life Killer : Comparaisons

Si vous pensez laisser cet article sur la table de nuit de votre femme, attendez.

Prenez un moment : Y a-t-il vraiment quelque chose de cassé ?

Si vous √™tes tous les deux d’accord avec votre fr√©quence sexuelle, qu’elle soit non-stop, moyenne, basse ou aucune, alors du point de vue d’Alman il n’y a vraiment aucun probl√®me.

¬ę¬†Si vous √™tes heureuse et que votre partenaire est heureux, ce sont les seuls votes qui comptent ¬ę¬†, dit-elle.

Ouais, c’est vrai. Dans notre culture sexualis√©e, il est facile de penser que vous √™tes pathologique ou au moins un excentrique.

¬ę¬†La r√©alit√©, c’est que plus de couples vivent heureux, m√™me sans relations sexuelles entre eux, que la plupart des gens ne l’imaginent ¬ę¬†, ajoute Alman.

M√™me les couples sexuellement actifs devraient r√©sister √† l’envie de comparer. Lorsque des chercheurs de l’Universit√© du Colorado ont interrog√© plus de 15 000 personnes sur leur vie sexuelle, ils ont trouv√© un lien entre la fr√©quence sexuelle et le bonheur.

Mais ce bonheur √©tait relatif : Si les gens savaient que leurs pairs avaient plus de relations sexuelles qu’eux, leur bonheur diminuait.

¬ę¬†Beaucoup de gens pensent que tout le monde fait l’amour cinq soirs par semaine alors qu’ils ont de la chance de l’avoir le jour de leur anniversaire ¬ę¬†, dit Alman. ¬ę¬†Non, tout le monde n’a pas de meilleurs rapports sexuels que vous. Non, tout le monde n’a pas un plus gros p√©nis. Les gens peuvent √™tre tr√®s dou√©s pour se rendre inutilement malheureux.¬†¬Ľ

Sex-Life Killer : Incompatibilités

La discorde a souvent moins √† voir avec la fr√©quence qu’avec un √©cart entre la fr√©quence √† laquelle chaque partenaire le souhaite. Un partenaire qui se sent priv√© de sexe peut se demander si le manque d’int√©r√™t d’un partenaire est la preuve que l’amour a disparu.

Les deux partenaires devraient reconna√ģtre que les p√©riodes de s√©cheresse surviennent.

¬ę¬†Il est tout √† fait normal que la vie sexuelle d’un couple ait des pics et des creux ¬ę¬†, dit Buehler. ¬ę¬†L’important, c’est de discuter des abreuvoirs. Comprenez-vous tous les deux pourquoi la fr√©quence des rapports sexuels a diminu√© – la naissance d’un enfant, peut-√™tre, ou la maladie d’un parent ? Si c’est le cas, acceptez-le et promettez de vous remettre sur la bonne voie quand la p√©riode de tension suppl√©mentaire sera pass√©e.¬†¬Ľ

Les clients l√®vent les yeux sur l’une des suggestions de Buehler pour donner un coup de fouet au sexe : le planifier. ¬ę¬†Ils r√©sistent √† l’enfer de faire √ßa parce qu’ils veulent √™tre ¬ę¬†spontan√©s¬†¬Ľ. Je vous souhaite bonne chance avec √ßa.¬†¬Ľ

Tamar Krishnamurti, Ph.D., de l’Universit√© Carnegie Mellon, ajoute un codicille de mise en garde √† ces conseils, qui est devenu un √©l√©ment fondamental de la sexoth√©rapie.

Dans une étude réalisée en 2015, elle et ses collègues de Carnegie Mellon ont divisé 128 hommes et femmes mariés en deux groupes et demandé à un groupe de doubler sa fréquence hebdomadaire.

Non seulement le fait de doubler les rapports sexuels n’a pas r√©ussi √† rendre les couples affect√©s plus heureux, mais il a entra√ģn√© une l√©g√®re baisse de leur bonheur. Ils ont √©galement fait √©tat d’une baisse du d√©sir sexuel et du plaisir sexuel.

Lorsque le sexe devient un devoir √† la maison, il peut rapidement perdre son lustre – un ph√©nom√®ne bien document√© chez les couples infertiles qui sont forc√©s d’avoir des relations sexuelles sur demande en raison du cycle ovulatoire.

Il est pr√©f√©rable de pr√©voir de partager des exp√©riences agr√©ables avec votre partenaire sans n√©cessairement faire du rapport sexuel l’objectif.

¬ę¬†Notre d√©sir d’initier le sexe lui-m√™me diminue plus vite que notre capacit√© de plaisir ¬ę¬†, explique Krishnamurti. ¬ę¬†Se concentrer sur la cr√©ation d’exp√©riences agr√©ables peut permettre √† une augmentation de la fr√©quence des rapports sexuels de se produire plus naturellement.¬†¬Ľ

¬ę¬†Le sexe n’a pas toujours √† √©galer les rapports sexuels p√©nis dans le vagin. Se c√Ęliner, s’embrasser, s’embrasser, se frotter l’un contre l’autre d’une mani√®re agr√©able et qui peut mener √† l’orgasme √† l’un ou l’autre ou aux deux, ou peut-√™tre √† aucun orgasme mais certainement au plaisir. C’est pas du sexe aussi ? Selon moi, ils le sont.¬†¬Ľ Et n’oubliez pas le pouvoir du toucher affectueux, ajoute Alman.

Une √©tude a r√©v√©l√© que plus les couples se c√Ęlinaient, s’embrassaient sur les l√®vres et s’embrassaient, plus ils √©taient en mesure de r√©soudre plus facilement leurs conflits.

Le dilemme le plus difficile pour les couples, c’est peut-√™tre lorsqu’un partenaire d√©cide que le frisson est parti et qu’il ne reviendra pas.

¬ę¬†Selon un point de vue, quand on est sexy, on l’est, et quand on ne l’est pas, on ne l’est pas, et rien ne peut changer cela ¬ę¬†, dit Alman.

¬ę¬†L’autre soutient que vous pouvez r√©apprendre √† aimer votre partenaire en vous concentrant sur ce qu’il ou elle a d’aimable, ce qui vous a excit√© √† l’origine, ou ce qui pourrait √™tre chang√© et qui pourrait r√©veiller l’amour et le d√©sir. En tant que th√©rapeute, je suis d’avis que la deuxi√®me approche vaut certainement la peine d’√™tre essay√©e.¬†¬Ľ

Malgr√© toutes les recherches d√©primantes, la plupart des couples ont des rapports sexuels jusqu’√† un √Ęge avanc√©. Nos cerveaux sont optimis√©s pour l’amour, pas seulement pour la passion.

¬ę¬†Au fur et √† mesure que vous d√©couvrirez les raisons pour lesquelles vous avez √©t√© attir√©, une partie de la banalit√© pourrait s’estomper au cours du processus ¬ę¬†, dit Alman. ¬ę¬†Tomber amoureux, m√™me dans l’amour, est un sentiment d√©licieux, d’autant plus si c’est avec son propre compagnon.¬†¬Ľ

¬ę¬†Il y a toujours de la farce¬†¬Ľ, plaisanta Debbie au lit.

Il s’agit d’un ancien rem√®de contre les difficult√©s √©rectiles pratiqu√© par les yogis tantriques ; elle l’a trouv√© dans un livre de poche qu’elle a vendu dans la cour. N’importe quel couple, selon le livre, peut r√©aliser l’union par l’emballage patient d’un lingam flasque (p√©nis) dans un yoni lubrifi√© artificiellement (vous savez). Nous avions toujours plaisant√© √† propos de la farce, sans jamais imaginer qu’elle pourrait un jour s’av√©rer, eh bien, utile.

√áa fait des ann√©es que je n’ai pas vu Debbie dans cette robe jaune pour la premi√®re fois.

Je suis certain que nous ne sommes pas le seul couple √† long terme pour qui le pot de haricots m√©taphorique reste loin d’√™tre vide. Mais le calcul, qui dans la jeunesse semblait si d√©primant, ne nous frappe plus de cette fa√ßon. Si le cowgirling invers√© doit un jour c√©der la place √† la farce, qu’il en soit ainsi.

L’amour, pas le sexe, est la seule chose dont on ne peut plus se passer.

Articles similaires :