Santé des hommes: Tout d’abord, félicitations pour la nouvelle saison. À quoi peut-on s’attendre cette année dans Survivor ?

Jonathan LaLaglia : Ecoutez, je suppose que nous faisons le chapitre deux du thème de la saison dernière qui était Champions contre Contenders. Je pense que dans l’esprit du réseau, c’était l’occasion de donner aux concurrents une chance de se venger, étant donné qu’un champion a gagné la saison dernière. C’est donc définitivement ce qui se passe cette saison. Vous savez, nous avons un casting de joueurs très intéressants et c’est une équipe très stratégique.

Le jeu est assez constant du début à la fin de la saison et je pense que ça va être… nous verrons comment ça va se passer, mais je pense que ça va être une saison plutôt divertissante.

Génial, génial, génial. En parlant des concurrents de Survivor, quelle est la meilleure forme corporelle pour entrer dans le jeu : maigre et adaptée à un apport calorique faible ou à un excès de graisse corporelle pour le plus de carburant.

C’est une bonne question. Je veux dire, je pense que c’est ce dernier. Je pense qu’il est utile d’avoir une certaine quantité de muscles et de force pour relever les défis. Ce n’est pas absolument nécessaire, mais cela peut aider. Je pense qu’être maigre, trop maigre, ça devient nuisible.

Ce que j’ai remarqué et il n’y a rien de scientifique derrière tout cela, mais ce que j’ai remarqué, c’est que les gros gars musclés et maigres ont de la difficulté parce qu’il faut beaucoup de carburant pour maintenir cette masse corporelle et qu’on n’en trouve pas quand on est sur le terrain. Donc, si vous avez un peu plus de gras, je pense que cela vous sert très bien comme plan. Vous allez avoir un peu de muscle, mais un peu de graisse vous aidera aussi. Je pense que c’est difficile d’être super maigre. Ce sont eux qui semblent souffrir le plus.

Pour réussir, un gameplay mental ou physique est-il plus précieux ?

Je pense que si je devais en choisir une, probablement mentale. Il est certain que le jeu physique peut vous plonger très profondément dans le jeu, mais c’est un jeu tellement complexe et à plusieurs niveaux que la partie stratégique devient vraiment très importante, surtout dans le jeu moderne de Survivor.

Dès que les joueurs arrivent sur cette plage, la stratégie entre en jeu et, parce qu’elle est si complexe et stratifiée, je pense que le côté mental du jeu devient très important. Et si vous jouez bien le jeu, vous devriez probablement être plus épuisé du point de vue mental que du point de vue physique à la fin parce que vous ne pensez qu’à la stratégie du matin jusqu’au soir et comment ne pas être éliminé – comment ne pas être éliminé et comment voter pour les autres.

Ouais, ouais, ouais. Comment les stratégies de Survivor s’appliquent-elles au monde réel ? Peut-on les appliquer sur le lieu de travail ?

Ecoutez, le jeu de Survivor est extrême parce qu’il est condensé en environ 50 jours et que vous êtes en compétition contre un tas de gens. Tous les deux jours, quelqu’un est éliminé et vous essayez d’être la dernière personne debout.

Dans ce contexte, le jeu social devient vraiment important et, dans un sens, c’est un peu un concours de popularité. Vous essayez donc de vous frayer un chemin dans ce monde social et je pense qu’en milieu de travail, il y a certaines similitudes : pour progresser sur le marché du travail, vous devez être socialement compétent et vous assurer de ne pas marcher sur les pieds des gens pour gravir les échelons. Il y a donc des parallèles. Je veux dire, évidemment, comme je l’ai dit, Survivor est assez extrême.

Pour en revenir à la nourriture et à la forme corporelle, nous voyons souvent les joueurs perdre beaucoup de poids dans la compétition. Quels sont vos conseils pour survivre avec un minimum de calories ?

Je veux dire, si j’étais de jouer le jeu, je choisirais les défis dans lesquels j’allais vraiment mettre mes efforts. Si je savais que je n’avais aucune chance de gagner quelque chose, je ne gaspillerais pas de précieuses calories.

Je suppose que c’est ma stratégie, mais très peu de gens semblent employer cette stratégie – il y a quelque chose dans leur nature concurrentielle qui s’applique aux gens et ils donnent tout ce qui est bon pour nous du point de vue de la télévision, mais si je le faisais, je choisirais et choisirais.

Comment décririez-vous votre propre philosophie alimentaire en dehors du jeu ?

Ecoute, je pense que c’est raisonnable. Je pense que si je devais choisir un mot, je dirais que c’est raisonnable. Je ne suis pas folle de ma consommation d’aliments, mais je suis consciente de ce que je mange et j’essaie de m’assurer qu’elle est équilibrée – que chaque repas est équilibré en glucides, en protéines et en gras.

J’essaie de ne pas manger comme un bol de pâtes nature parce que c’est juste un tas de glucides. Si je devais manger des pâtes, je voudrais qu’elles contiennent des protéines, qu’il s’agisse de poulet ou autre. Je suis donc attentif à ce genre de choses, mais je ne suis pas fou de ma nourriture. Je veux juste m’assurer que chaque repas est équilibré. Je mange ce que j’aime. Je n’ai pas peur des sucreries, de la graisse, du gluten ou des produits laitiers. Je suis tentée de manger ce que j’aime, mais de m’assurer qu’il est équilibré en termes de glucides, de protéines et de gras.

Alors, à quoi ressemblerait une journée typique dans une assiette ?

Le matin, j’aurais dit quelques œufs pochés avec de l’avocat et de la farine d’avoine avec des fruits, des baies, des bananes.

Au déjeuner, j’aurai peut-être une grosse salade de poulet. Et ensuite, le dîner dépendra de ce qui se passe. J’ai peut-être du poisson avec des légumes et des pommes de terre.

De retour à Survivor, comment un compétiteur peut-il se préparer physiquement pour le match ? Doivent-ils se concentrer sur le cardio ou sur la force ?

Je pense que c’est un peu de tout. Je pense qu’il faut tout cela. Il faut un peu de force, un peu de cardio. Mais il faut aussi y ajouter quelques compétences. Je pense que vous devriez vous remettre à la natation si ce n’est pas quelque chose où vous êtes fort et que l’équilibre et la dextérité deviennent importants à un moment donné aussi. C’est ce que l’on retrouve souvent dans les défis. Si je m’y préparais, je ferais un peu de travail de force, d’endurance, de yoga, de natation. Je pense que ce genre de choses vous servirait bien.

En parlant de vous, comment vous entraîneriez-vous normalement, surtout quand vous êtes sur place ?

Eh bien, je suis assez basique en ce sens que j’alterne entre force et cardio. Je vais donc au gymnase un jour, puis je cours ou je fais du vélo le lendemain. Et j’y ajouterai aussi un peu de yoga de temps en temps.

Ensuite, je me reposerai quelques jours par semaine ou si mon corps me dit que je m’étire, je prendrai encore quelques jours de congé. Mais c’est à peu près tout pour moi et habituellement pas plus de 45 minutes à la fois. Je trouve que tout ce qui va au-delà de cela devient un gaspillage pour moi et je sens aussi que cela commence à stresser mon corps si je fais plus que cela. Mais c’est 45 minutes de quelque chose de relativement intense, qu’il s’agisse de force ou de cardio. Et sur place, cela devient un défi pour Survivor parce que les heures de travail que je travaille – je travaille de 7 heures du matin à 10 heures du soir la plupart du temps le jour.

Alors j’essaie de le coincer partout où je peux. C’est peut-être une pause au milieu de la journée, quelque part où je peux aller courir ou avant d’aller au travail, je peux faire un peu de musculation, mais il devient difficile de trouver le temps nécessaire.

Alors, à quoi ressemble une semaine de votre programme d’entraînement normal ?

Comme je l’ai dit, s’il y a une salle de gym, 45 minutes. J’ai l’habitude de faire une routine fractionnée, donc je divise les groupes musculaires et j’en fais un jour, puis le lendemain, je vais courir, puis je retourne au gymnase le troisième jour, puis le quatrième jour, j’ai peut-être congé. Et ensuite, je répéterai.

Courir de nouveau puis retourner à la salle de gym. J’alterne donc entre les deux et j’ajoute des jours de repos lorsque j’estime qu’ils sont nécessaires, habituellement deux ou trois fois par semaine. Et puis à l’intérieur de cela, je ferai aussi du yoga quand je serai motivé. Le problème pour moi avec le yoga, c’est que je ne suis pas doué avec les horaires des autres. J’aime bien faire mes propres choses quand j’en ai envie. J’ai besoin de frapper quand j’en ai envie. Quand je sens le bord, je dois le faire. Donc quand c’est l’emploi du temps de quelqu’un d’autre, c’est difficile pour moi de m’y tenir.

La santé et la forme physique ont-elles toujours été une priorité pour vous ? Comment vous êtes-vous mis en forme pour la première fois ou quand avez-vous commencé à vous entraîner ?
J’ai joué au soccer quand j’étais enfant pendant environ 10 ans et quand j’ai eu 16 ans, je n’étais plus admissible à l’équipe des moins de 16 ans alors j’ai soudainement sauté à la division des moins de 18 ans. Et ces gars, je veux dire un an sur deux, ces gars étaient tellement plus grands que moi à l’époque. C’est là que j’ai commencé à aller au gymnase pour essayer d’améliorer ma force sur le terrain et c’est là que je me suis vraiment intéressé à m’entraîner.

Et mon frère aîné était en fait un coureur passionné et il courait des marathons, alors je m’intéressais aussi à la course. Je suppose que c’est de là que viennent ces deux choses. J’ai commencé à m’entraîner avec des poids pour m’aider avec le soccer quand j’étais enfant et l’influence de la course à pied venait de mes frères. Je suis un peu de la vieille école, ce sont les deux choses sur lesquelles je viens de compter au fil des ans.

Vous avez mentionné que vous avez en quelque sorte commencé à aller au gymnase, surtout lorsque vous avez fait le saut de moins de 16 ans à 18 ans pour ne pas vous faire frapper. En fait, nous sommes sur le point de sortir notre problème de force. Que signifie la force pour vous ?

S’agit-il d’être fonctionnel dans le monde réel ? Comme vous l’avez dit pour le football, s’agit-il d’être capable de se débrouiller seul ?

Ouais, je veux dire, je suppose que dans cette situation, j’avais besoin, en tant que gardien de but, de me défendre contre les autres joueurs de moins de 18 ans qui semblaient plus grands. Mais à cette taille, j’ai arrêté de jouer au foot. Pour moi, c’était juste pour me sentir en bonne santé. Je veux dire que je n’avais plus d’application pratique après ça. Je me sentais juste en meilleure santé dans mon corps et dans mon esprit quand je me sentais plus fort.

Je pense qu’il est primordial d’avoir des forces fondamentales, surtout quand on vieillit – beaucoup de gens ont des problèmes de dos. Je n’ai pas vraiment souffert de ce genre de choses, alors je suppose que la force de base fonctionne vraiment.

La santé et la forme physique ne sont pas seulement physiques. Pensez-vous qu’il présente d’importants avantages pour la santé mentale ? Que faites-vous d’autre pour gérer votre bien-être mental ?

Je pense que les deux sont vraiment liés : la santé mentale et la santé physique pour moi. Je sais que si je traverse une période où je ne fais pas d’exercice, je ne suis pas d’humeur ni d’acuité mentale.

Je sens que tout commence à devenir flou et mon humeur – je deviens irritable et grincheux alors j’ai besoin de faire ce genre de choses juste pour ma santé mentale. Et j’ai l’impression que les deux sont liés et j’ai essayé de faire comprendre cela à ma fille – j’ai une fille de 14 ans – mais je pense que si vous êtes en bonne forme physique, je pense que vous l’êtes mentalement et cela aide particulièrement pour apprendre.

Je n’ai jamais eu de preuves empiriques de cela, mais c’est mon intuition que je pense que les deux vont de pair, du moins pour moi. Ainsi, mes activités physiques ont certainement eu un effet positif sur ma santé mentale, mais au-delà de cela, j’ai aussi des passe-temps qui exigent une concentration intense et la concentration de tâches complexes. Avant tout, j’ai un hobby de l’horlogerie.

Je pense donc que cela m’aide aussi sur le plan de ma santé mentale. Ça te garde en forme, vraiment. Mais je pense que c’est important. Peu importe qu’il s’agisse de lire ou de s’enseigner une nouvelle compétence. Je pense qu’il est important de mettre constamment son cerveau à l’épreuve, surtout quand on vieillit.

Nous terminerons sous peu. Juste quelques dernières questions. Revenons maintenant à Survivor. Cette saison, c’est Champions verse Contenders une fois de plus. Qui serait le champion de vos rêves à avoir dans l’émission et pourquoi ?

Ce n’est probablement pas la réponse que vous cherchez. Je parie que tu cherches une célébrité.

Comme peut-être un Bear Grylls ?

Il serait très intéressant de l’avoir dans l’émission. Je suis un peu puriste quand il s’agit de Survivor, donc si je suis à la recherche du champion ultime, je puiserais probablement dans le bassin des joueurs Survivor champions pour que ce soit quelqu’un comme Ozzy. J’adorerais le voir sur l’Australian Survivor. Ou plus récemment quelqu’un comme Wendell. Tu sais, je pensais que c’était un grand joueur ou Dom.

Ouais, donc un des grands de la piscine de Survivor. C’est le genre de champions que j’aimerais voir.

Enfin, quel concept aimeriez-vous voir appliqué à Survivor ? Si vous pouviez voir deux tribus s’affronter, qui seraient-elles ? Peut-être Aussie et Kiwis ou peut-être Millennials et peut-être Gen-X ?

Ouais. Ecoute, tous ces thèmes sont géniaux. Les versets Millennials vers Gen-X ou les versets cols bleus vers cols blancs vers cols rouges, je pensais que ça marchait très bien. David contre Goliath, mais c’est un peu comme les Champions contre les Contenders. Et Fans verses Favourites était une autre idée géniale. Je pense que cela pourrait être très bon aussi pour l’Australien Survivant.

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *