Laissez la science vous dire si c’est elle.

Aucun couple n’est parfait, mais voici comment savoir si vous √™tes tr√®s proches

Vous √™tes presque s√Ľr d’avoir enfin trouv√© le bon partenaire.

Elle écoute attentivement pendant que vous parlez de votre éreintante journée de travail, et elle fait toujours la queue pour une nuit de paresse.
Mais comment pouvez-vous en √™tre s√Ľr ? Heureusement, la science a des r√©ponses.
Renseignez-vous sur ces facteurs appuyés par la recherche qui influent fortement sur la question de savoir si vous et votre partenaire êtes censés tenir la distance ou non.

1. Vous êtes tous les deux positifs

Des √©tudes montrent qu’une attitude positive et quelques sourires r√©ellement √©chang√©s chaque jour peuvent contribuer grandement √† maintenir une relation stable.

Des chercheurs de l’Universit√© de Chicago ont constat√© que lorsqu’un seul partenaire poss√®de un niveau √©lev√© de positivit√©, il y a moins de conflits dans la relation.

¬ę¬†Les √©motions positives sont fondamentales dans toute relation parce qu’elles contrecarrent les √©motions n√©gatives qui nous font taire ¬ę¬†, dit Jane Greer, experte en relations interpersonnelles √† New York et auteur de What About Me ? Arr√™tez l’√©go√Įsme de ruiner votre relation. ¬ę¬†Cela se traduit par un sentiment de s√©curit√© et de confiance avec votre partenaire.¬†¬Ľ
Et les avantages de voir la tasse √† moiti√© pleine ne s’arr√™tent pas l√†.

Une autre √©tude publi√©e dans The Journal of Personality and Social Psychology a r√©v√©l√© que les couples qui c√©l√©braient les r√©alisations de leur partenaire – par exemple, une promotion d’emploi ou le fait de tuer ce kilom√®tre de 7 minutes – comme s’ils √©taient les leurs, √©prouvaient plus de satisfaction que ceux qui r√©agissaient n√©gativement ou avec indiff√©rence.

Dans l’√©tude, les couples qui avaient rompu ont qualifi√© de ¬ę¬†particuli√®rement peu inspirantes¬†¬Ľ les r√©ponses typiques de leurs partenaires aux bonnes nouvelles.

Bien que cela ne veut pas dire que vous devriez organiser une f√™te compl√®te la prochaine fois qu’elle partagera de bonnes nouvelles, c’est un signe certain que l’optimisme peut profiter √† tous les deux.

2. Vous continuez à envoyer des textos à un minimum significatif

Faites preuve de l√©g√®ret√© lorsque vous communiquez avec votre partenaire par texto, affirment des chercheurs de l’Universit√© Brigham Young.

Apr√®s avoir interrog√© 276 hommes et femmes √Ęg√©s d’environ 22 ans et engag√©s dans des relations amoureuses, ils ont d√©couvert que l’envoi massif de messages texte √©tait responsable de l’insatisfaction des deux sexes envers leur relation.
¬ę¬†L’envoi de textos est pr√©caire pour beaucoup de gens dans une relation parce qu’il est difficile de donner corps √† nos expressions authentiques ¬ę¬†, dit Greer. ¬ę¬†Lorsqu’une personne est moins interactive, les attentes ne correspondent pas √† la r√©alit√© pour l’autre. Et cela peut conduire √† la d√©ception et √† un sentiment de d√©connexion.¬†¬Ľ

De m√™me, l’√©tude a r√©v√©l√© que les hommes qui envoyaient plus souvent des messages texte d√©claraient une qualit√© relationnelle inf√©rieure que ceux qui n’envoyaient pas de messages texte √† leur partenaire aussi fr√©quemment, tandis que les femmes qui envoyaient plus souvent des messages texte d√©claraient une qualit√© relationnelle sup√©rieure.
Les chercheurs pensent que lorsque les hommes se d√©tachent de la relation, ils remplacent la conversation en face √† face par l’envoi d’un plus grand nombre de textos. Les femmes, d’autre part, prennent leurs appareils mobiles pour essayer de faire fonctionner les choses.

L’essentiel ? Maintenez le t√©l√©phone litt√©ralement.

3. Vous limitez l’utilisation des m√©dias sociaux

Vous aimez v√©rifier vos flux Instagram, Facebook et Twitter, et il y a fort √† parier que c’est probablement aussi la fa√ßon dont vous lisez vos nouvelles.

Mais le d√©filement excessif sur les m√©dias sociaux peut √™tre l’une des choses les plus toxiques que vous puissiez faire pour votre relation.

Une √©tude publi√©e dans le Journal of Cyberpsychology, Behavior and Social Networking a r√©v√©l√© que les personnes qui utilisent Facebook plus d’une fois par jour sont plus susceptibles de signaler des conflits dans leur relation.
¬ę¬†Les relations romantiques peuvent √™tre assez difficiles pour naviguer sans ces complications technologiques suppl√©mentaires ¬ę¬†, dit Joseph Cilona, psychologue psychologue clinique agr√©√© de Manhattan.

¬ę¬†Trouver des moyens de simplifier ou de minimiser les √©cueils potentiels, comme limiter ce que les autres partagent au sujet de votre relation sur les m√©dias sociaux, est une excellente r√®gle de base √† suivre¬†¬ę¬†, dit Cilona.

Mais ces r√©sultats ne s’appliquent qu’aux couples dans les premi√®res ann√©es de la relation – ce qui peut signifier que la menace que Facebook s’interpose entre vous deux r√©duit d’autant plus le temps que vous restez ensemble.

4. Vous c√Ęlinez

La plupart d’entre nous admettent aimer le sentiment d’√™tre physiquement proche d’un autre √™tre humain – c’est une r√©ponse biologique naturelle.

Mais une intimité physique constante (pas seulement sexuelle) peut aussi indiquer à quel point vous êtes heureux ensemble.
Une √©tude publi√©e dans The American Journal of Family Therapy a interrog√© 100 hommes et 195 femmes afin d’examiner leurs pr√©f√©rences et leurs attitudes √† l’√©gard de l’affection physique romantique – masser, caresser, c√Ęliner, se tenir la main, s’√©treindre – et a constat√© de fa√ßon √©crasante que la quantit√© de sentiments qu’ils √©prouvaient dans leur couple √©tait √©troitement li√©e √† leur satisfaction.

¬ę¬†Les c√Ęlins et la tendresse aident √† maintenir le lien physique et l’intimit√© partag√©s entre les couples, et pas seulement lorsque vous avez des relations sexuelles ¬ę¬†, dit Greer.

¬ę¬†Par cons√©quent, il peut √™tre plus facile de s’allumer parce qu’il y a toujours un √©l√©ment d’√©nergie sexuelle qui est partag√© par le toucher physique ¬ę¬†, dit Greer. ¬ę¬†Ce qui conduit √† une relation plus heureuse.¬†¬Ľ

5. Vous vous battez au lieu de retenir vos sentiments

Bien que votre dernière dispute avec elle puisse vous faire vous sentir mal, une étude rapporte que les bagarres peuvent être cruciales pour garder votre relation intacte.

Des chercheurs de la Florida State University ont constat√© que l’expression de la col√®re en cas de d√©saccord peut s’av√©rer n√©cessaire pour r√©soudre des probl√®mes dans la relation.
En fait, le simple fait d’essayer de ¬†¬Ľ pardonner et d’oublier ¬†¬Ľ pourrait mener √† des sentiments de ressentiment enfouis qui s’enveniment et r√©apparaissent presque toujours plus tard dans la relation.

¬ę¬†Si vous apprenez √† argumenter sainement d√®s le d√©but, vous serez plus √† l’aise d’exprimer vos √©motions √† votre partenaire et de travailler √† travers vos diff√©rents points de vue ¬ę¬†, dit Greer. ¬ę¬†Cela cr√©e un bon cadre de travail pour traiter les arguments d’une mani√®re positive au lieu qu’ils refassent surface constamment, causant plus de tension dans la relation.

N’h√©sitez donc pas √† exprimer vos sentiments et √† vous battre (avec respect, bien s√Ľr) la prochaine fois que vous vous sentirez passionn√©ment pour ou contre quelque chose dans votre relation.

6. Vous avez des rapports sexuels réguliers

Si la phase de lune de miel est passée et que vous avez encore chaud et que vous devenez tous les deux lourds et chauds régulièrement, cest toujours bon signe.

En fait, une √©tude publi√©e dans le Journal Society for Personality and Social Psychology a r√©v√©l√© qu’avoir des relations sexuelles au moins une fois par semaine apporte autant de bonheur dans votre relation que de gagner 50 000 $ de plus.
Pour cette √©tude, les chercheurs ont interrog√© plus de 30 000 Am√©ricains sur quatre d√©cennies et ont constat√© que le fait d’avoir des relations sexuelles une seule fois par semaine √©tait la fr√©quence la plus souvent li√©e au bonheur relationnel.

√Čtonnamment, les couples qui avaient des relations sexuelles plus ou moins fr√©quentes n’√©taient pas plus heureux.

¬ę¬†L’intimit√© n’est qu’un autre type de communication, donc si cette communication s’affaiblit, votre connexion sexuelle en r√©ponse √† la communication s’affaiblit ¬ę¬†, dit Tina B. Tessina, Ph.D., psychoth√©rapeute autoris√©e et auteur de Money, Sex and Kids : Stop Fighting About the Three Things That Can Ruin Your Marriage.
Cela étant dit, il est important de se rappeler que vous devriez tous les deux vous y intéresser.

¬ę¬†Si vous profitez mutuellement de plus de sexe, cela vous rendra tous les deux plus heureux, mais n’oubliez pas qu’il s’agit de deux personnes qui veulent avoir des relations intimes aussi souvent ¬ę¬†, dit Greer.

7. Vous êtes similaire

Vous connaissez le vieil adage ¬ę¬†les oppos√©s s’attirent¬†¬Ľ ? Eh bien, s’il vous arrive d’avoir beaucoup en commun avec votre partenaire, c’est peut-√™tre une meilleure recette pour attirer.
En fait, une √©tude men√©e par des chercheurs du Wellesley College et de l’Universit√© du Kansas a r√©v√©l√© que nous sommes en fait c√Ębl√©s pour d√©sirer des ¬†¬Ľ¬†autres qui partagent nos id√©es¬†¬ę¬†.

Ils ont pu arriver à cette conclusion en analysant des paires de personnes Рdes couples romantiques aux amis et même aux simples connaissances Рinteragissant en public.

On a pos√© aux paires des questions sur l’attitude, les valeurs et les pr√©jug√©s, entre autres choses.

Les chercheurs ont constaté que les paires de relations à plus long terme présentaient de plus grandes similitudes que celles que les personnes qui avaient récemment fait connaissance.

¬ę¬†Si vous vous ressemblez davantage sur le plan de votre personnalit√©, vous partagez les m√™mes styles de gestion de diverses choses dans la vie – de l’interaction avec vos amis √† l’exp√©rience de changements dans votre vie ¬ę¬†, dit Greer. ¬ę¬†Si vous et votre partenaire partagez les m√™mes valeurs et les m√™mes int√©r√™ts, vous finirez par avoir un esprit plus coop√©ratif et un plus grand respect l’un pour l’autre.¬†¬Ľ

8. Vos habitudes de dépense diffèrent

Vous n’√™tes certainement pas seul si vous constatez que la majorit√© des arguments que vous avez en tant que couple sont suscit√©s par vos finances personnelles (ou combin√©es).

En fait, un sondage Money Magazine a r√©v√©l√© que 70 % des couples se disputent le plus au sujet des finances – plus que des t√Ęches m√©nag√®res, de la cohabitation, du sexe, du ronflement, etc.
Mais si vous avez tous les deux des diff√©rences marqu√©es dans la fa√ßon dont vous pr√©f√©rez d√©penser – si l’un d’entre vous est frugal et l’autre plus libre avec ses fonds – vous pourriez bien √™tre faits l’un pour l’autre.

Une étude réalisée par les universités de Pennsylvanie, du Michigan et du Nord-Ouest en est la preuve.

Les chercheurs ont interrogé plus de 1 000 couples mariés et non mariés et ont constaté que la plupart des gens ont tendance à choisir un partenaire qui a des habitudes de dépenses financières opposées.

Donc, m√™me si vous et elle ne voyez pas les choses du m√™me Ňďil sur les finances, cette combinaison peut en fait fonctionner en votre faveur.

¬ę¬†Rappelez-vous simplement d’accorder la priorit√© aux occasions de d√©penses importantes comme l’achat d’une voiture, d’une maison, etc.

9. Vous riez des mêmes blagues

Si vous et votre petite amie savez tous les deux comment appr√©cier une routine comique torride, aimer n’importe quoi avec Will Ferrell, ou les deux d√©testent √©galement l’un ou l’autre de ces deux sc√©narios, vous √™tes faits l’un pour l’autre au ciel.

Une étude publiée dans le Western Journal of Communication a révélé que 75 % des couples heureux rient ensemble au moins une fois par jour.

Plus int√©ressant encore, une autre √©tude publi√©e dans le m√™me journal a r√©v√©l√© que 92 % des hommes et des femmes mari√©s attribuaient √† l’humour une contribution significative √† leur vie conjugale.
Partager un sens de l’humour donne √† chacun d’entre vous la r√©silience dont il a besoin pour rire des choses mesquines et non pertinentes qui s’accumulent naturellement dans la vie et offre plus de chances de cr√©er des liens intimes sur une base r√©guli√®re, dit Greer.

10. Vous aimez tous les deux l’alcool – ou ne buvez pas du tout

Nous l’avons tous vu √† un moment donn√© de notre vie, dans le sc√©nario d’un couple o√Ļ une personne est totalement sobre et l’autre est un d√©sordre g√©ant, tombant de tous les c√īt√©s.

Il y a une bonne raison pour laquelle ces niveaux in√©gal√©s d’ivresse ou de sobri√©t√© ne finissent pas par faire de l’exercice au bout du compte.
Dans une étude publiée dans la revue Alcoholism : Recherche clinique et expérimentale, les scientifiques ont examiné les données recueillies auprès de près de 20 000 couples mariés.

Les chercheurs ont constat√© que les conjoints qui consommaient relativement la m√™me quantit√© d’alcool √©taient moins susceptibles de divorcer que les couples o√Ļ une personne buvait plus ou beaucoup moins que l’autre conjoint.

¬ę¬†J’ai vu beaucoup de couples se s√©parer quand l’un des deux buveurs √©tait sobre ¬ę¬†, dit Tessina. ¬ę¬†L’alcool modifie les exp√©riences et les perceptions des grands buveurs, de sorte que les couples qui boivent beaucoup ensemble ont naturellement des modes de vie similaires, tout comme les couples qui ne boivent pas beaucoup du tout.¬†¬Ľ

Articles similaires :