Gestion du comportement face à la maladie d’Alzheimer et à la démence

L’un des principaux défis de la prise en charge d’un proche atteint de la maladie d’Alzheimer ou d’une autre démence est de faire face aux changements troublants de comportement et de personnalité qui surviennent souvent. L’agressivité, les hallucinations, l’errance, les troubles de l’alimentation ou du sommeil peuvent être perturbants et rendre votre rôle d’aidant encore plus difficile. Quels que soient les problèmes auxquels vous faites face, il est important de se rappeler que la personne atteinte de démence n’est pas délibérément difficile. Souvent, les problèmes de comportement de votre proche sont aggravés par son environnement, son incapacité à gérer le stress ou ses tentatives de communication frustrées.

En apportant quelques changements simples, vous pouvez soulager le stress de votre proche, mieux gérer ses symptômes et améliorer considérablement son bien-être, ainsi que votre propre expérience de prestation de soins. La première étape pour résoudre ce comportement troublant est d’établir pourquoi votre patient est stressé ou ce qui déclenche son inconfort.

Lorsque vous essayez d’identifier les causes, il est important de vous rappeler qu’un patient atteint de démence réagit à votre expression faciale, à votre ton de voix et à votre langage corporel beaucoup plus que les mots que vous choisissez. Alors, utilisez le contact visuel, un sourire ou un toucher rassurant pour aider à transmettre votre message et montrer votre compassion. Et plutôt que de prendre les comportements problématiques personnellement, faites de votre mieux pour maintenir votre sens de l’humour.

L’environnement et l’atmosphère que vous créez pendant que vous prodiguez des soins peuvent jouer un rôle important pour aider un patient atteint de la maladie d’Alzheimer ou d’une démence à se sentir calme et en sécurité.

Modifier l’environnement pour réduire les facteurs de stress potentiels qui peut créer agitation et désorientation. Il s’agit notamment de bruits forts ou non identifiables, d’un éclairage ombragé, de miroirs ou d’autres surfaces réfléchissantes, de couleurs criardes et de papier peint à motifs.

Gardez votre calme intérieur. L’anxiété ou le bouleversement en réaction à un comportement problématique peut augmenter le stress du patient. Répondre à l’émotion communiquée par le comportement, et non au comportement lui-même. Essayez de rester souple, patient et détendu. Si vous devenez anxieux ou perdez le contrôle, prenez le temps de vous calmer.

Différentes techniques de réduction du stress fonctionnent mieux pour certains patients atteints de la maladie d’Alzheimer que pour d’autres ; vous devrez donc peut-être faire des expériences pour trouver celles qui aideront le mieux votre proche.

L’exercice est l’un des meilleurs moyens de soulager le stress, tant pour le patient atteint de la maladie d’Alzheimer que pour vous, l’aidant naturel. La marche, la danse ou les exercices assis réguliers peuvent avoir un effet positif sur de nombreux comportements problématiques, comme l’agressivité, l’errance et la difficulté à dormir. Les centres commerciaux intérieurs sont de vastes possibilités de promenade à l’abri des intempéries.

Des activités simples peuvent permettre à votre proche de renouer avec sa vie antérieure. Quelqu’un qui aimait cuisiner, par exemple, peut encore prendre plaisir à la tâche simple de laver les légumes pour le dîner. Essayez de faire participer votre proche au plus grand nombre possible d’activités quotidiennes. Plier le linge, arroser les plantes ou aller faire un tour en voiture à la campagne peuvent tous aider à gérer le stress.

Se souvenir du passé peut aussi aider à calmer et à apaiser l’être cher. Même s’ils ne se souviennent pas de ce qui s’est passé il y a quelques minutes, il se peut qu’ils se souviennent encore clairement de choses qui datent de plusieurs décennies. Essayez de poser des questions générales sur leur passé lointain.

Utilisez de la musique apaisante ou jouez la musique préférée de l’être cher pour le détendre quand il est agité. La musicothérapie peut aussi aider à soulager une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer pendant les repas et le bain, ce qui facilite le processus pour vous deux.

L’interaction avec d’autres personnes est toujours importante. Bien que de grands groupes d’étrangers puissent accroître le stress chez un patient atteint de la maladie d’Alzheimer ou d’une démence, le fait de passer du temps avec différentes personnes dans des situations individuelles peut aider à augmenter l’activité physique et sociale et à soulager le stress.

Les animaux de compagnie peuvent être une source de communication positive et non verbale. L’interaction ludique et le toucher doux d’un animal bien dressé et docile peuvent aider à apaiser l’être cher et à diminuer son comportement agressif. Si vous n’avez pas votre propre animal de compagnie, il existe des organismes spéciaux qui offrent des visites pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de démence.

Prenez le temps de vraiment communiquer avec la personne dont vous vous occupez.

Prendre un peu de temps pour vraiment communiquer avec votre proche chaque jour peut libérer des hormones qui stimulent son humeur et réduisent son stress. Et ça peut avoir le même effet sur vous aussi. Même si votre proche ne peut plus communiquer verbalement, il est important de prendre le temps, lorsque vous êtes le plus calme, de vous concentrer pleinement sur lui. Évitez les distractions comme le téléviseur ou le téléphone, regardez-les dans les yeux si possible, tenez leur main ou caressez leur joue et parlez d’une voix calme et rassurante. Lorsque vous vous connectez de cette façon, vous vivrez tous les deux un processus qui diminue le stress et favorise le bien-être.

Gérer les comportements de démence : L’errance

L’agitation et la désorientation sont deux signes avant-coureurs de l’errance. Un patient atteint de la maladie d’Alzheimer peut présenter des signes d’agitation lorsqu’il a faim, soif, constipation ou douleur. Ils peuvent aussi devenir désorientés, lents ou errants lorsqu’ils s’ennuient, anxieux ou stressés en raison d’un environnement inconfortable ou du manque d’exercice. En plus d’ajouter l’activité physique à la routine quotidienne de votre proche, vous le pouvez :

  • Redirigez immédiatement la stimulation ou le comportement agité vers une activité ou un exercice productif.
  • Rassurez la personne si elle semble désorientée.
  • Distrayez la personne par une autre activité au moment de la journée où elle erre le plus souvent.
  • Réduire les niveaux de bruit et la confusion. Éteignez le téléviseur ou la radio, fermez les rideaux ou placez le patient dans un environnement plus calme.
  • Consultez votre médecin, car la désorientation peut aussi être le résultat d’effets secondaires de médicaments, d’interactions médicamenteuses ou d’une surmédication.

Moyens pratiques de prévenir l’errance

  • Installez des dispositifs de sécurité pour enfants dans votre maison pour assurer la sécurité des portes et des fenêtres.
  • Cachez des objets comme des sacs à main, des chaussures ou des lunettes que votre proche voudrait toujours avoir s’il quittait la maison.
  • Acquérir des fauteuils confortables qui limitent les mouvements, ce qui rend difficile pour le patient de se lever sans aide.

Prévoir le moment où l’être cher se promènera

Au cas où l’être cher effets errer, c’est une bonne idée d’avoir un plan en place.

  • Informez les voisins et la police locale de la tendance de votre proche à errer et faites circuler votre numéro de téléphone.
  • Demandez à votre proche de porter un bracelet d’identification ou des étiquettes sur ses vêtements. Les appareils numériques utilisant la technologie GPS peuvent suivre la position de votre proche.
  • Au cas où une fouille policière s’avérerait nécessaire, ayez une photo récente de l’être cher et des vêtements non lavés pour aider les chiens de recherche et de sauvetage (placez les vêtements dans un sac de plastique avec les mains gantées et remplacez les vêtements tous les mois).
  • Aux États-Unis, inscrivez-vous au Medic Alert and Safe Return Program de l’Alzheimer’s Association, un système d’identification pour aider à sauver les patients Alzheimer perdus.

Comment retrouver un patient atteint de la maladie d’Alzheimer disparu

Une personne atteinte de démence peut ne pas appeler à l’aide ou ne pas répondre à vos appels, même lorsqu’elle est piégée quelque part, ce qui la laisse à risque de déshydratation et d’hypothermie.

Vérifier les zones dangereuses près de la maison, comme les plans d’eau, le feuillage dense, les tunnels, les arrêts d’autobus et les balcons élevés.

Regardez dans un rayon d’un kilomètre de l’endroit où se trouvait le patient avant l’errance.

Regardez à moins de 30 mètres d’une route, car la plupart des vagabonds commencent sur les routes et restent à proximité. Portez une attention particulière aux buissons et aux fossés, car l’être cher peut être tombé ou s’être coincé.

Cherchez dans la direction de la main dominante du vagabond. Les gens voyagent généralement en premier dans leur direction dominante.

Renseignez-vous sur les endroits familiers, comme d’anciennes résidences ou des endroits préférés. Souvent, l’errance a une destination particulière.

Fouiller et cacher des choses

Prendre soin d’un patient qui fouille ou cache des choses à la maison peut être un défi, mais pas un défi insurmontable.

Rummaging/masquage des choses gestion du comportement
Protection des biens
Verrouillez certaines pièces ou armoires pour protéger leur contenu et verrouillez tous les objets de valeur.
Faites livrer le courrier hors de portée de l’être cher, peut-être dans une boîte postale.
Si des objets disparaissent, apprenez quelles sont les cachettes préférées de la personne.
Restreindre l’accès aux poubelles et vérifier toutes les poubelles avant de jeter leur contenu au cas où des objets y auraient été cachés.
Protéger votre être cher du danger
Empêcher l’accès aux substances dangereuses, comme les produits de nettoyage, l’alcool, les armes à feu, les outils électriques, les couteaux pointus et les médicaments.
Bloquer les prises de courant inutilisées à l’aide de dispositifs de sécurité pour enfants. Cachez les boutons du poêle pour que la personne ne puisse pas allumer les brûleurs.
Baissez la température des chauffe-eau.
Désignez un tiroir spécial avec lequel la personne peut « jouer » en toute sécurité lorsqu’elle a envie de fouiller.

Colère et agressivité

Bien que la création d’un environnement calme puisse avoir un impact important sur la gestion du stress qui déclenche souvent un comportement agressif, il y a aussi des choses que vous pouvez faire pendant une crise de colère.

N’affrontez pas la personne ou n’essayez pas de discuter de son comportement de colère. Rappelez-vous : la personne atteinte de démence ne peut pas réfléchir sur un comportement inacceptable et ne peut pas apprendre à le contrôler.

N’amorcez pas de contact physique pendant l’explosion. Cela peut déclencher des violences physiques.

Laissez la personne faire preuve d’agressivité. Donnez-leur de l’espace pour qu’ils se fâchent seuls. Assurez-vous juste que vous êtes tous les deux en sécurité.

Distrayez la personne vers une activité plus agréable.

Recherchez les schémas d’agressivité. Tenez compte de facteurs comme l’intimité, l’indépendance, l’ennui, la douleur ou la fatigue. Évitez les activités ou les sujets qui irritent votre proche.

Obtenir l’aide d’autres personnes pendant les activités qui mettent le patient en colère (et qui ne peuvent être évitées).

Ne prenez pas l’agressivité personnellement. Ça aussi, ça fait partie de la démence.

Hallucinations et suspicion

Les hallucinations peuvent être le résultat de l’affaiblissement des sens de l’être cher. Maintenir le calme dans l’environnement peut aider à réduire leur fréquence, mais lorsque des hallucinations ou des illusions se produisent, ne discutez pas de ce qui est réel et de ce qui est fantastique. Répondez plutôt au contenu émotionnel de ce que la personne dit. Par exemple, si votre proche a peur, offrez-lui du réconfort. Vous pouvez aussi distraire l’être cher avec une autre activité ou en déménageant dans une autre pièce.

Alzheimer et suspicion/paranoïa

La confusion et la perte de mémoire peuvent amener les patients Alzheimer à se méfier de leur entourage, accusant parfois leurs soignants de vol, de trahison ou de tout autre comportement inapproprié. Les films violents ou la télévision peuvent aussi contribuer à la paranoïa.

  • Offrez une réponse simple à toute accusation, mais ne discutez pas et n’essayez pas de les convaincre que leurs soupçons ne sont pas fondés.
  • Distrayez le patient par une autre activité, comme une promenade.
  • Si les soupçons de vol portent sur un objet en particulier qui est souvent égaré, comme un portefeuille, essayez de garder un objet en double à portée de la main pour dissiper rapidement les craintes du patient.

Problèmes de sommeil

Les maladies du cerveau perturbent souvent le cycle sommeil-éveil. Les patients atteints de la maladie d’Alzheimer peuvent être éveillés, désorientés et confus à partir du crépuscule jusqu’à la tombée de la nuit. C’est ce qu’on appelle le « coucher du soleil ».

Il y a deux aspects au coucher du soleil. Tout d’abord, la confusion, la surstimulation et la fatigue pendant la journée peuvent entraîner de l’agitation pendant la nuit. Deuxièmement, certains patients atteints de la maladie d’Alzheimer développent une peur de l’obscurité, peut-être à cause du manque de bruits et d’activité diurnes familiers. Le patient peut rechercher la sécurité et la protection la nuit pour soulager cet inconfort.

Conseils pour réduire l’agitation nocturne

Améliorer l’hygiène du sommeil. Prévoyez un lit confortable, réduisez le bruit et la lumière, et jouez de la musique apaisante pour aider votre proche à s’endormir. S’ils préfèrent dormir sur une chaise ou sur le canapé, assurez-vous qu’ils ne puissent pas tomber en dormant.

Respectez un horaire de sommeil régulier. Respectez l’heure à laquelle vous dormez et gardez la même routine nocturne. Par exemple, donnez-lui un bain et du lait chaud avant de se coucher.

Gardez une veilleuse allumée. Certaines personnes atteintes de démence imaginent des choses dans le noir et s’énervent. Les animaux en peluche ou les animaux de compagnie peuvent aussi aider à apaiser le patient et lui permettre de dormir.

Placez une commode à côté du lit. Le fait de marcher jusqu’à la salle de bain au milieu de la nuit peut réveiller la personne trop souvent et la rendre difficile de se rendormir.

Augmenter l’activité physique pendant la journée pour aider votre proche à se sentir plus fatigué à l’heure du coucher.

Surveillez les siestes. Si la personne semble très fatiguée pendant la journée, un court repos dans l’après-midi peut conduire à une meilleure nuit de sommeil. Mais faites des siestes courtes.

Limitez la consommation de caféine, de sucre et de malbouffe du patient pendant la journée.

Faire face à l’éveil nocturne et au rythme de la nuit

Si votre proche fait les cent pas la nuit, assurez-vous qu’il dispose d’un endroit sûr pour le faire ou qu’un autre soignant prenne la relève la nuit. Toi aussi, tu as besoin de repos. Aux stades avancés de la maladie d’Alzheimer, vous pourriez envisager un lit d’hôpital avec des barrières de sécurité.

Certains patients atteints de démence ont de la difficulté à s’endormir ou à rester endormis parce qu’ils ne réagissent pas aux transitions jour et nuit. L’ajout d’une exposition à une lumière vive le jour et de suppléments de mélatonine la nuit peut aider à améliorer leurs habitudes de sommeil.

Problèmes d’alimentation

S’assurer qu’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer mange et boit suffisamment peut être un défi pour tout aidant. En plus d’encourager l’exercice pour que votre proche se sente plus affamé et plus assoiffé, essayez ces conseils :

Conseil 1 : Surveillez vos médicaments

Certains médicaments interfèrent avec l’appétit. D’autres peuvent causer la sécheresse de la bouche, alors assurez-vous que l’être cher consomme suffisamment de liquides avec sa nourriture. Discutez des problèmes d’alimentation avec leur médecin pour voir s’il y a lieu de changer de médicament.

2e conseil : Faites en sorte que les repas soient agréables pour votre proche

Ajoutez des fleurs à la table ou jouez de la musique apaisante. Préparez l’aliment préféré de l’être cher et servez-le sur des plats qui contrastent fortement avec les couleurs de l’aliment. Réduisez les distractions dans la salle à manger et évitez les aliments trop chauds ou trop froids.

Conseil n° 3 : Rendre l’alimentation ludique, amusante et simple

Essayez de donner de petites cuillerées et de chanter des comptines amusantes. Quand ils ouvrent la bouche pour sourire, glissez-y un peu de nourriture. Les personnes atteintes de démence peuvent avoir de la difficulté à utiliser des ustensiles normaux, alors optez pour des aliments avec les doigts ou utilisez les tasses à siroter des enfants.

Conseil 4 : Surveillez la mastication et la déglutition.

Des difficultés de mastication et de déglutition peuvent survenir au fur et à mesure que la maladie d’Alzheimer progresse. Si nécessaire, donnez à votre proche des instructions sur le moment de mâcher et d’avaler. Après avoir mangé, gardez-les debout pendant 30 minutes pour éviter de les étouffer.

Conseil 5 : Transition vers des aliments en purée ou mous

Aux stades avancés de la maladie d’Alzheimer, il se peut que votre proche ne soit plus capable d’avaler des aliments solides. Passez à un régime exclusivement liquide lorsque le moment sera venu.

N’oublie pas de prendre soin de toi.

Prendre soin d’un être cher atteint de démence peut être extrêmement exigeant et stressant. Chaque jour peut entraîner plus de défis et des niveaux d’anxiété plus élevés, souvent sans aucun signe d’appréciation de la part de la personne dont vous vous occupez. Prendre soin de vous et obtenir de l’aide et du soutien est essentiel à votre bien-être et à la qualité de vie de votre proche.

Les soins de relève peuvent vous procurer une pause pour vous aider à soulager le stress et à retrouver de l’énergie. Profitez de tous les services qui vous sont offerts et demandez l’aide des membres de votre famille. Il peut faire toute la différence pour votre succès en tant que soignant et pour le bien-être de votre patient.

Articles similaires :