Site icon P🍎llenation

Comment sortir du cercle vicieux de l’obésité ?

Les données de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur l’obésité et le surpoids donnent la chair de poule : la prévalence actuelle de l’obésité dans de nombreux pays européens a triplé depuis 1980. Actuellement, 30 à 70% des adultes en Europe sont en surpoids, tandis que 10 à 30% sont obèses. En définitive, ces données font apparaître que l’obésité est une maladie chronique ayant un impact important sur la santé des personnes et nécessitant une prise en charge active tant en prévention qu’en traitement.

L’IMC, un indice pour mesurer l’obésité et le surpoids

L’OMS définit le surpoids et l’obésité comme une accumulation anormale ou excessive de graisse qui peut être préjudiciable à la santé. L’indice de masse corporelle (IMC) est utilisé pour identifier ces problèmes chez les adultes. L’IMC indique le rapport entre le poids et la taille et est calculé en divisant le poids d’une personne en kilos par le carré de sa hauteur en mètres (kg/m2). Autrement dit, quelqu’un qui pèse 55 kilos et mesure 1,65 centimètres a un IMC de 20,20, qui est le résultat de la division 55 par 1,65 au carré.

Selon les résultats, vous pouvez avoir :

Cependant, ces valeurs doivent être considérées comme approximatives, car, bien que l’excès de graisse corporelle qui définit l’obésité soit basé sur le calcul de l’IMC, plusieurs études suggèrent que les risques pour la santé associés à l’obésité dépendent non seulement de l’excès de graisse corporelle totale, mais aussi de sa distribution corporelle, c’est-à-dire de la localisation de cette graisse. En ce sens, nous pouvons dire que l’IMC ne sert pas à diagnostiquer la distribution de graisse corporelle ni à évaluer l’état général de santé.

Mettez-vous entre les mains du bon professionnel

Pour perdre du poids, personne ne vaut mieux qu’un spécialiste (que ce soit un médecin généraliste, un nutritionniste ou un endocrinien) pour vous conseiller sur le type de régime qui vous convient le mieux et vous motiver à ne pas abandonner avant d’atteindre l’objectif. Il est particulièrement important de consulter un spécialiste de la nutrition si vous voulez maigrir et que vous souffrez d’une maladie.

Vous l’aurez compris, si vous souhaitez sortir du cercle vicieux de l’obésité, la première chose à faire sera de vous rendre chez un spécialiste. Pour que cela ne représente pas un manque dans votre budget quotidien, vous devez être bien couvert. Autrement dit, vous avez besoin de choisir une mutuelle santé en fonction de votre profil. Dans le cadre de la mise en place de soins médicaux pour sortir de l’obésité, vous devez choisir un contrat de complémentaire santé en fonction de vos besoins de santé, de votre budget et des garanties dont vous avez besoin.

Le déséquilibre énergétique est la cause la plus fréquente de l’obésité

La cause la plus fréquente du surpoids est le déséquilibre entre la consommation de calories provenant de l’alimentation et la dépense d’énergie de notre organisme. L’excès de calories provoque, au début, une augmentation des dépôts gras du corps sous forme de tissu cellulaire sous la peau. Si elle se prolonge dans le temps, la graisse commence également à s’accumuler dans le foie, le pancréas et les muscles, ce qui perturbe le fonctionnement de nombreuses cellules du corps.

Ce déséquilibre énergétique est souvent dû à une augmentation de la consommation d’aliments riches en calories comme les graisses et les sucres ajoutés, souvent associée à un mode de vie sédentaire ou à une activité physique faible.

Mincir en changeant le mode de vie

Adopter des habitudes de vie saines, avec une alimentation équilibrée et l’exercice physique comme piliers est le meilleur traitement pour traiter et prévenir le surpoids et l’obésité. Si l’objectif est de maintenir un poids sain, l’énergie que vous consommez doit être similaire à celle que vous dépensez, mais, si vous voulez perdre du poids, un régime alimentaire faible en calories, mais complet et varié, qui n’entraîne pas de carences en nutriments, sera nécessaire. Par exemple, réduire 500 calories par jour pourrait permettre de perdre environ un kilo à un kilo et demi par mois.

Le régime hypocalorique doit être combiné avec un programme d’activité physique, qui empêchera la perte de masse musculaire, en plus d’augmenter les dépenses caloriques. Habituellement, les experts recommandent un minimum de 150 minutes d’exercice d’intensité modérée par semaine, mais si l’objectif est de perdre du poids, il faudra augmenter le temps jusqu’à au moins 250 par semaine. En tout état de cause, le programme d’exercice doit être adapté aux conditions physiques de chaque personne.

Fixez-vous des objectifs réalistes

En fonction de votre âge, de votre structure corporelle et d’autres facteurs tels que votre indice de masse corporelle idéal, vous devez cibler un poids sain pour vous : celui qui vous permet de jouir d’une bonne santé et donc d’une meilleure qualité de vie.

Méfiez-vous des régimes miraculeux

Ne vous fiez pas aux méthodes qui promettent des résultats spectaculaires à court terme et sans effort, elles peuvent nuire à votre santé et à votre poche. En outre, ce type de régimes renforcent généralement l’effet de rebond, une fois qu’ils sont abandonnés.

Quitter la version mobile